Visitez aussi le site des 39

Accueil > NON A LA CONTENTION > NON A LA CONTENTION

NON A LA CONTENTION

La sangle qui attache tue le lien humain qui soigne

En France, chaque jour, on enferme, on immobilise, on attache, on sangle, des personnes malades.


Ces pratiques de contention physique d’un autre âge se déroulent quotidiennement dans ce pays. Ces pratiques dégradantes avaient quasiment disparu. Or les contrôleurs généraux des lieux de privation de liberté, Jean marie Delarue puis Adeline Hazan, l’ont constaté, elles sont désormais en nette augmentation, qui plus est banalisées comme des actes ordinaires.

Dans le projet de loi « de modernisation du système de santé » on lit même que ces actes auraient des vertus thérapeutiques !

Nous l’affirmons : Ces actes ne soignent pas.

Nous soignants, patients, familles, citoyens ne pouvons accepter que ces pratiques perdurent.
Les patients qui les ont subies en témoignent régulièrement, elles produisent un traumatisme à jamais ancré dans leur chair et dans leur cœur.

Dire non aux sangles qui font mal, qui font hurler, qui effraient plus que tout, c’est dire oui :
- C’est dire oui à un minimum de fraternité.
- C’est remettre au travail une pensée affadie, devenue glacée.
- C’est poser un acte de régénérescence.
- C’est trouver et appliquer des solutions humaines à des comportements engendrés par d’énormes souffrances, mais qui peuvent paraître incompréhensibles ou non traitables autrement.

Or nous, nous savons que l’on peut faire autrement. Cela a été fait durant des décennies, cela se fait encore dans certains services.
Mais ce savoir faire est en train de se perdre au profit de la banalisation grandissante de ces actes de contention.

Nous l’affirmons : accueillir et soigner les patients, quelle que soit leur pathologie, nécessite d’œuvrer à la construction de collectifs soignants suffisamment impliqués et engagés dans le désir d’écouter les patients, de parler avec eux, de chercher avec eux les conditions d’un soin possible.

Un minimum de confiance, d’indépendance professionnelle et de sérénité est à la base de ce processus.

Or le système hospitalier actuel malmène et déshumanise les soignants.
L’emprise gestionnaire et bureaucratique envahit le quotidien : principe de précaution, risque zéro, techniques sécuritaires, protocolisation permanente des actes, réduction du temps de transmission entre les soignants etc… Elle dissout petit à petit la disponibilité des acteurs de soins : comment alors prendre le temps de comprendre, de chercher du sens, de penser tout simplement que le patient, si inaccessible soit-il, attend des réponses et des solutions humaines à même de l’apaiser.
Ce contexte nuisible trouve dans la banalisation des actes de contention physique sa traduction « naturelle », expression du désarroi et/ou du renoncement.
Repenser la formation, donner de toute urgence des moyens nécessaires à cette mission complexe et difficile est la moindre des choses et ouvrirait la voie à la réinvention de l’accueil et du soin.
Pensez-y. Qui d’entre nous supporterait de voir son enfant, ou son parent proche, ou un ami, en grande souffrance, attaché, ligoté, sanglé ? Qui accepterait de s’entendre dire que c’est pour le bien de cette personne chère ? Qui pourrait accepter un tel acte alors qu’il est possible d’agir autrement ? Car il est possible d’agir autrement !

Mesdames, messieurs les parlementaires, nous savons que parfois il vous faut beaucoup de courage pour élaborer des lois qui semblent aller à contre-courant des idées reçues ! La maladie mentale fait peur. Le traitement de différentes affaires tragiques, mais totalement minoritaires, par les médias alimente cette peur. Ne pas céder à cette peur nous revient, vous revient à vous les élus du peuple.

Il nous revient d’affirmer haut et fort qu’une vision sécuritaire de la psychiatrie va à l’encontre du besoin légitime de sécurité protectrice que soignants, patients et familles réclament.
Proscrire la contention physique permettra aux patients, aux familles, aux soignants de retrouver une dignité nécessaire et indispensable pour traverser les dures épreuves de cette souffrance psychique inhérente à l’humanité de l’homme.

Rien n’est hors de portée de l’intelligence humaine ! Mesdames, messieurs les parlementaires ne laissez pas les patients soumis à des traitements qui ne sont pas des soins !

Pétition

A vous de signer et de partager avec vos amis, vos collègues et tous les citoyens.
N’oubliez pas de valider votre signature à la réception du message de confirmation. Surveillez votre dossier SPAM
Pour afficher la liste des signataires par ordre alphabétique, cliquez sur l’onglet Nom.

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Signatures

8913 Signatures
Date Nom Profession
30 mai 2016 Vialettes dominique Psychologue clinicienne
29 mai 2016 Klopfer Infirmière
29 mai 2016 BENZAKIN jean-francois cadre de santé
28 mai 2016 NIZERY Augustin Entrepreneur
28 mai 2016 BAUER Maeva psychologue
28 mai 2016 Zamora viviane Retraite fonction publique
28 mai 2016 CHATELET PHILIPPE infirmier de secteur psy
28 mai 2016 PANOVA Rositsa etudiant en L2 Psychologie
28 mai 2016 Panthou Fabienne orthophoniste
28 mai 2016 Machu Isabelle Orthophoniste
28 mai 2016 Anne Cazenave Employée de banque
28 mai 2016 Labastie Claire enseignante
27 mai 2016 Gueninchault jean pierre Infirmier de secteur psychiatrique
27 mai 2016 Anne Auvity Grimaldi
27 mai 2016 Cosse Gisèle secrétaire médicale
27 mai 2016 dupont line psychologue
26 mai 2016 Briand Maria Cadre socio éducatif en FPH
26 mai 2016 Diane MAES employée
26 mai 2016 barral monique assistante sociale
26 mai 2016 Laclavetine Lise
26 mai 2016 catteau greg sans
26 mai 2016 vonnick Guiavarc’h infirmière
26 mai 2016 chantal marchand gestionnaire de lycee
26 mai 2016 PAPET Natacha Infirmiere en psychiatrie
26 mai 2016 Nghiêm Laure art thérapeute
26 mai 2016 Anne-Elise Blin Psychologue
25 mai 2016 Magniez Juliette Administratrice de Festival
25 mai 2016 Laurent Barrau assistant social
25 mai 2016 DREZEN Virginie Infirmière en équipe mobile de soins palliatifs
25 mai 2016 Ehly François Informaticien
25 mai 2016 PRIGENT Valérie IDE
25 mai 2016 Bastien Dautriche ingénieur
25 mai 2016 HAZAËL-MASSIEUX
25 mai 2016 Doukhan Fatima Medecin psy
25 mai 2016 Rumeau nicole Formatrice
24 mai 2016 Céline TORREGROSSA
23 mai 2016 longeot Blanche sans
23 mai 2016 gudefin annie infirmière psy
19 mai 2016 valy ginette infirmière psy(retraitée)
16 mai 2016 Duguet Marion Praticien hospitalier
16 mai 2016 Dehaene Céline éducatrice
13 mai 2016 Leroy Florence Marketing
11 mai 2016 Nadine beddes Infirmiere
11 mai 2016 MARQUES Yannick psychologue - gestalt-thérapeute
10 mai 2016 Meunier-Beauvilain Véronique Educatrice spécialisée
9 mai 2016 buchet mariane sans
9 mai 2016 cathelin Michèle retraitée fonction publique
9 mai 2016 Lotthé Jacqueline Psychologue retraitée
9 mai 2016 Tringali Margherita Praticienne psycho-corporel, danseuse, chercheuse.
9 mai 2016 Launay Diane comédienne, metteur en scène

0 | 50 | 100 | 150 | 200 | 250 | 300 | 350 | 400 | ... | 8900


PARMI LES SIGNATAIRES

Battut Mireille Présidente de La main à l’oreille, parents et amis de personnes autistes

Edgar Morin, directeur de recherche émérite au CNRS

Françoise Dumont, Présidente de la Ligue des Droits de l’Homme

Pierre Delion, médecin psychiatre, professeur à la faculté de médecine de l’université Lille-II

Jacques Hochmann, professeur émérite de psychiatrie à l’Université Lyon I, médecin honoraire des hôpitaux de Lyon

François MOREL, acteur et humoriste

Jacques LADSOUS, ancien membre du conseil supérieur du travail social

Elisabeth ROUDINESCO, historienne, Directrice de recherches à l’Université de Paris VII, chargée d’un séminaire d’histoire de la psychanalyse à l’ENS

Philippe Meirieu, un chercheur et écrivain français, spécialiste des sciences de l’éducation et de la pédagogie

Benjamin Stora, Président du Musée de l’Histoire de l’Immigration

Revault d’Allonnes Myriam Philosophe. Professeur des Universités

Marie-Laure Darrigade, Secrétaire Nationale du Parti de Gauche à l’ Enfance, la Santé au Handicap et la Protection sociale.

Noël Mamère, député maire

Pierre Laurent, secrétaire national du P.C.F.

Pierre Dardot, philosophe et enseignant

François Gonon, neurobiologiste, directeur de recherche émérite cnrs

Roland Gori, psychanalyste, professeur émérite de Psychopathologie clinique à l’université d’Aix-Marseille

Olivier Abel, philosophe, président du conseil scientifique du Fonds Ricoeur

Serge Portelli, magistrat

Noëlle CHATELET, écrivain

Marie Darrieussecq, écrivain

Hannah Perahia, pianiste, sculpteur

Patrick Coupechoux, journaliste, écrivain

Elodie Maurot journaliste

Frédéric Boyer, écrivain, traducteur et éditeur

Lainé Anne, réalisatrice

Marcel Trillat, réalisateur

Philippe Borrel, réalisateur

Alain Blachère, ancien directeur d’établissement public spécialisé

Joëlle Bordet, psychosociologue, chercheur au CSTB

Geneviève Brisac, écrivain

Christophe Aleveque, humoriste et chroniqueur

Linda Lê, écrivain

Louise L. Lambrichs, écrivain

René Revol, maire de Grabels 34

Marc Zaffran/Martin Winckler, médecin et écrivain

Marie Didier, écrivaine

Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic

Bernard Durand, past-président de la FASM Croix-Marine

Paul Lacaze, Psychiatre, psychanalyste

Sabine Prokhoris, Psychanalyste

Marie José Mondzain, Philosophe

Patrick Landman, psychiatre, psychanalyste et juriste est Président d’Initiative pour une Clinique du Sujet Stop DSM

Jean Luc Gibelin, responsable santé pcf

Valérie Compan, professeur de neuro sciences

Agnès Benedetti, psychanalyste

Antoine Spire, journaliste

Marie José Corentin-Vigon, psychanalyste

Benny Cassuto, médecin, acupuncteur, enseignant de Qi gong

Alain Timar, metteur en scène, plasticien

Simone Molina, écrivain et psychanalyste

Eliane Flament, psychologue clinicienne, membre du CA du point de capiton

Esther Gonon, apicultrice, chargée de communication

Elisabeth Weissman, essayiste

Marie-Helène Lottin, médecin psychiatre

Jean-Jacques Lottin, directeur d’études en santé publique

Frederique Thonnat, professeur d’anglais

Nurith Aviv, cinéaste

Jean Louis Giovannoni, poète

Jean François Jung, cinéaste

Jean-Claude Constant, professeur à la retraite

Fethi Benslama, Professeur de psychopathologie clinique, Directeur de l’UFR d’Etudes Psychanalytiques, Directeur de l’Institut Humanités et Sciences de Paris, Université Paris-Diderot Paris 7

Janine Altounian, essayiste et traductrice de Freud

Emmanuelle Guattari, écrivain

La Parisienne Libérée et Mimoso, artistes

Didier AVIAT, infirmier

Philippe CHAILLET, Médecin généraliste

LES ASSOCIATIONS :

Les Psy-Causent Lavaur

RAAHP.(Rassemblement pour une Approche des Autismes Humaniste et Plurielle)

La Criée Reims

Le point de Capiton Avignon

L’association Euro-psy

Le cercle Freudien